Oui, la rédaction Web est un vrai métier ! – Light Agency

Tous les jours ou presque, on me demande mon métier. Je n’ai jamais été très à l’aise avec cette question ! Les gens ont en effet tendance à vous mettre à la suite de cela dans une case : ayant réussi sa vie ou non. Un peu d’honnêteté, qui n’a pas un jour pensé ou poussé un « wahoo » quand votre interlocuteur vous dit qu’il est médecin, avocat ou encore patron. Ce n’est pas forcément le cas lorsqu’une personne vous dit qu’elle est mère au foyer, assistante ou caissière ! C’est un peu ce que je vis au quotidien. Quand je réponds rédactrice SEO, on ouvre soit de grands yeux, car on ne voit vraiment pas de quoi je parle, soit on me dit « non pas ton passe-temps », ton vrai travail. Au début, je le prenais avec le sourire, maintenant, je dois l’avouer, cela m’agace au plus haut point.

Je suis bien plus que la copine qui écrit des courriers…

Bien que mon entourage professionnel m’ait pourtant connu en tant que « working girl » œuvrant dans le management opérationnel, aujourd’hui le fait de travailler depuis chez moi, fait de moi la fille qui ne bosse pas réellement. Il faut à mon sens arrêter avec les préjugés et faire avancer les mentalités. Ce n’est pas parce que je ne m’habille plus avec un tailleur ou avec une tenue de travail que je « glande » à la maison. Exercer depuis son domicile, c’est avoir une activité, dans un lieu autre qu’une structure identifiée. Cela exige, de plus, une organisation de tous les instants, car il est nécessaire de jongler afin d’équilibrer temps familial et professionnel. 

Il en va de même avec le respect de notre charge de travail par les autres. Je remarque que les amis ne parviennent pas à comprendre que Non, je ne fais pas ce que je veux en journée. Effectivement, je peux quelque peu moduler mon planning. Certainement pas en revanche ne pas travailler ou encore « rendre service » en t’écrivant une lettre pour ton propriétaire ou alors faire la dissertation de la fille de la voisine qui n’a pas eu le temps de la faire (alors que cela fait 15 jours que ce devoir maison lui a été donné). En tant que rédactrice Web et transcriptrice, je dois gérer mon auto-entreprise et je ne suis donc pas votre secrétaire, votre répétitrice… Savez-vous que chef d’entreprise, cela signifie qu’en plus des clients que j’ai déjà dans mon portefeuille, je dois également :

  • procéder à de la prospection clientèle afin de m’assurer de prochains revenus puisque j’ai pour ligne de conduite de ne jamais mettre tous mes œufs dans le même panier ;
  • faire de la veille pour être toujours au courant des normes en vigueur dans mon milieu professionnel et répondre ainsi au mieux au cahier des charges des clients ;
  • travailler sur ma comptabilité ;
  • acquérir de nouveaux outils pour optimiser mon temps en rédaction SEO, en correction de contenu…

Sachez que lorsque vous me demandez de vous donner un coup de main parce que VOUS, vous n’avez pas le temps ou vous ne savez pas le faire, cela équivaut à me faire travailler gratuitement. Ce n’est pas grave, c’est juste 5 minutes de ton temps ! Certes, mais maintenant, posez-vous la bonne question. Le feriez-vous dans le cadre de votre activité ? Couperiez-vous par exemple gratuitement les cheveux de vos amis dès qu’il vous le demande au détriment de vos clients habituels ? Soigneriez-vous les dents des enfants de vos copains gratuitement ? La réponse est évidemment non sauf si vous avez le souhait de concurrencer Mère Thérèsa ou que vous n’avez aucune charge mensuelle. Alors pourquoi en serait-il autrement pour un rédacteur Web ?

Pourquoi écrire est un vrai métier et pas qu’un passe-temps ?

Je ne vais pas me faire le porte-parole de tous les rédacteurs, toutefois, en ce qui me concerne, j’ai toujours aimé écrire. Depuis toute petite, le passage à l’écrit a été quasiment naturel pour moi. Je ne sais pas du tout comment l’expliquer, mais lorsque j’avais besoin d’écrire une nouvelle, une rédaction, c’était un exercice qui ne me demandait que peu d’efforts. Encore aujourd’hui, rédiger un article blog, un texte publicitaire ou une page pour un magazine touristique me demande, j’en ai conscience, moins d’investissements que pour d’autres rédacteurs. Cela ne veut cependant pas dire que cela ne me réclame pas :

  • de rechercher des sources pertinentes. Ce qui est une tâche extrêmement chronophage ;
  • de procéder à un travail important dans l’élaboration de mon plan ;
  • d’analyser les mots clés principaux et secondaires qui permettront d’optimiser le contenu de mon client ;
  • de prendre du temps pour la rédaction et la correction.

Bien que la rédaction SEO fasse partie des métiers ayant émergé à la suite de l’essor du numérique, c’est un travail qui exige le même investissement que les métiers classiques. Quand on est derrière un ordinateur, contrairement à ce que l’on croit, cela demande beaucoup d’énergie, une concentration de tous les instants et une adaptabilité permanente aux diverses demandes de mes clients. Écrire plus de 2 000 mots optimisés par jour est extrêmement contraignant et demande une énergie folle du fait de la concentration extrême exigée. Si vous en doutez, je vous invite à partager avec moi une journée de travail. Sans me tromper, je peux vous certifier que vous en ressortirez lessivé tant physiquement que mentalement.

Être rédactrice internet ou rédactrice classique, c’est devoir au quotidien vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête : celle de la validation de votre contenu par votre client final afin d’être payé de vos heures de travail. Oui parce que nous ne vivons pas d’amour et d’eau fraîche, nous autres, derrière nos claviers. Et c’est en cela que c’est réellement un vrai emploi. Lorsque j’écris pour moi, pour le plaisir, je n’attache que très peu d’importance au retour de mes lecteurs. J’écris avant tout pour moi, pour évacuer ce trop-plein d’émotions ou alors pour transmettre un savoir. Néanmoins, la démarche est tout autre quand je rédige à destination d’un site client ou d’un blog. J’ai un sujet imposé (qui les 3/4 du temps n’est vraiment pas ma tasse de thé), des exigences en termes de mots et de délais à respecter et… une obligation de qualité perpétuelle tous les jours de l’année. Oui, car il faut en avoir conscience, lorsque j’envoie un écrit à un client, j’engage ma responsabilité et mon nom. Il ne suffit en définitive que d’un faux pas pour entacher une réputation que j’ai mise près de 10 ans à construire. Alors lorsque vous pensez ou sous-entendez, que mon métier n’en est pas un, vous ne rendez pas justice aux études que j’ai suivies, au temps que j’ai passé pour atteindre ce niveau d’expertise métier et surtout vous dénigrez (sans doute, sans vous en rendre compte) un métier qui me passionne et me fait vibrer au quotidien.

Tagués avec : , ,
Publié dans Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 5 = douze